L’épine calcanéenne

Si le concours Lépine consacre le génie inventif, c’est un sacré concours de circonstances qui génère l’épine calcanéenne !

L’épine calcanéenne est une réaction de l’os du talon (le calcanéum) et/ou du fascia plantaire qui provoque une excroissance du tissu osseux. Cette épine s’enfonce dans l’aponévrose plantaire et provoque une vive douleur au moment d’abord de la course, ensuite également de la marche. Le premier signe est la douleur au talon le matin, au lever.

Vous voilà avec une épine dans le pied ! Les pinailleurs situeront l’épine ailleurs également, mais nous, c’est celle sous le pied qui nous intéresse !

Comment se crée-t-elle ?

La plante du pied est tendue par le fascia plantaire, une membrane fibreuse de même type qu’un tendon ou un ligament et de petits muscles. Ce fascia est rattaché d’un côté à la base du talon ( il est étroit et épais à cet endroit) et de l’autre aux phalanges des orteils : comme il y en a plusieurs, le fascia se subdivise et est donc plus large et plus fin. Vu de profil, on peut le comparer à la corde d’un arc. L’arc lui-même est formé par la voûte plantaire. La souplesse du fascia et des petits muscles annexes va vous propulser à chaque pas ! Et donc tirer sur le talon.

Une corde, un arc : il ne manque que la flèche ! C’est l’épine new year, dira-t-on après le réveillon.

La marche pied nu, le port de mauvaises chaussures, des exercices trop violents (dans du sable mou, sur une plage dure, en côte), une déshydratation durant l’effort : quelque soit l’origine, le fait est que des microtraumatismes ou un durcissement tendineux vont provoquer des petits arrachements de l’os au niveau du calcanéum ou une inflammation du point d’insertion du fascia (aponévrose). Pour guérir de ces microfissures, l’organisme dépose des sels de calcium … qui peuvent se fixer tant sur le tendon que sur les microfissures. Si à ce moment-là, vous stoppez votre effort, vous faites une pause dans vos entraînements, vous massez la zone avec de la glace, bref, vous chouchoutez le talon, il y a de grandes chances pour que votre organisme répare tout cela ! C’est incroyable un corps humain. Seulement voilà, rares sont les sportifs qui s’arrêtent pour ce petit bobo et ils continuent. Et cette petite excroissance durcit.. et devient une épine calcanéenne au bout d’un long moment.

Que faire ?

La première chose à faire, c’est consulter, accepter les examens médicaux et ne pas se voiler la face ! Il vous faudra du temps !

Le port d’une semelle est souvent la bonne solution : on corrige un éventuel souci de maintien, on place sous l’épine une zone d’amorti supérieur et autour une zone de moindre amortissement pour éviter de solliciter mécaniquement la zone atteinte.

La mésothérapie peut également donner de bons résultats. En effet, ces zones sont moins irriguées et il faut des doses élevées d’anti-inflammatoires pour avoir un petit effet. Par contre, une injection locale est bien plus efficace et n’agresse pas votre estomac. Mais attention : la plante des pieds, c’est un endroit sensible !!

Les ondes de choc peuvent aussi être une bonne solution thérapeutique si le problème est pris au début, c’est-à-dire lorsque c’est le fascia qui est recouvert de sels de calcium et qui se durcit. Et donc avant que ne se forme une excroissance au niveau de l’os du talon.

Parfois une opération est nécessaire (et souvent salutaire), mais si rien n’est fait pour en trouver l’origine ou corriger les habitudes, le problème reviendra.

Prévention : outre les exercices ci-dessous, il est important de s’échauffer avant la pratique de la course à pied. Veillez également à ne pas rester trop longtemps debout, à ne pas marcher avec des hauts talons, à vous arrêter de courir si vous avez mal (sans prendre d’antidouleur bien sûr). Le surpoids est également une des causes d’apparition de cette épine. L’âge aussi, mais là, le remède est difficile à trouver !

Exercice à faire préventivement ou curativement : assis, faire rouler une balle de tennis sous la plante des pieds. Étirer doucement cette plante des pieds. Toujours des mouvements doux et JAMAIS douloureux.

Mais on s’en sort toujours ! Et quand vous reprenez le jogging (très lentement) la douleur étant un signal impératif, petit à petit ce souci sera oublié !! Un conseil : faites de la natation ou du vélo avant la reprise du jogging. Et vous pourrez revoir la vie en rose… sans épine !

Share