Entorse de la cheville et enthésopathie plantaire

Très sollicitée lors de la course à pied, la cheville est un ensemble complexe d’os, de tendons et de ligaments. Si vous mettez vos deux pieds en canard, c’est la cheville qui redémarre et ce avec une constance qui force l’admiration!

Elle relie la jambe au pied et est constituée de sept os tarsiens. Le plus élevé, le talus, est le seul os à la fois en contact avec le tibia et le péroné. Il a comme voisines la malléole médiale du tibia et la malléole latérale du péroné : les deux grosses boules de votre cheville. Les autres voisins du talus sont le calcanéum (ou calcaneus) en bas du talus et l’os naviculaire en avant. Ce talus n’a pas d’attache musculaire mais seulement des ligaments et a pour rôle de répartir le poids du corps vers le calcanéum (qui forme le talon) et l’os naviculaire placé dans l’avant du cou-du-pied, chargé d’envoyer du boulot jusqu’aux orteils. Le cuboïde et les trois cunéiformes constituent la fin de l’articulation et se relient aux métatarses du pied.

Talus et voûte plantaire

L’entorse

Une luxation sous le talus, suite à un effort excessif modifie momentanément le positionnement du talus, occasionnant des lésions et provoque nos entorses à la cheville. La gravité de cette entorse varie selon l’amplitude du déplacement inapproprié de nos os. L’arrachement des ligaments et des vaisseaux sanguins va provoquer une hémorragie. D’où le gonflement de la cheville et sa couleur bleue-mauve après quelques heures. Là, plusieurs options s’offrent à nous. Et selon les sources, les avis sont diamétralement opposés. Pour diminuer le gonflement, de la glace immédiatement ou un bandage serré (à dé-serrer très souvent) ? Une immobilisation de la cheville pour éviter des mouvements de forte amplitude (ce qui entraîne une longue réadaptation) ou un tape qui permet de mobiliser dans le but de drainer (ce qui fait craindre une piètre reconstitution des ligaments)? Le plâtre semble n’être conseillé que dans les cas graves! Le repos sportif est de toute façon nécessaire au début tout au moins et la décision que vous prendrez, c’est toujours à vous d’en supporter les conséquences. Mobilisation dès que supportable sur terrain plat et stable (tarmac…).

zone entorse

Si vous faites des entorses à répétition, évitez les chaussures hautes: la stabilité des chaussures basses est meilleure. Et dès la guérison, utilisez votre plateau de Freeman pour revalider votre proprioception (vos réflexes qui corrigent la position du corps). Ces exercices ont un effet curatif mais aussi préventif! N’hésitez donc pas à y avoir recours dans le cadre de votre entretien physique. Ces plateaux ne coûtent pas très cher et sont très utiles!

Les tendons qui servent à la flexion des pieds sont maintenus contre les os par des structures fibreuses, les rétinaculums, pour qu’ils coulissent sans sortir de la structure du pied. Dans certains cas, ils peuvent diminuer ce coulissement par traumatisme, inflammation ou dégénérescence. La structure de la main est similaire à celle du pied et l’on connaît le fameux syndrome du canal carpien. Au niveau du pied, on parlera du syndrome du canal tarsien, parfois confondu avec la fasciite plantaire.

On s’en rend compte par une douleur au niveau de la cheville, souvent dans la partie interne de celle-ci, picotements, crampes et insensibilité peuvent compléter le tableau. Si vous n’êtes bien que debout sans marcher, pensez à ce syndrome. Cette douleur au niveau du cou-du-pied est due à une trop forte augmentation du volume d’entraînement, et/ou une trop forte augmentation de la vitesse et/ou une trop forte cadence de course en côte.

Comment en sortir? Les inflammations et les douleurs demandent des mouvements supportables: ces mouvements favorisent la circulation et aident à une guérison rapide.

Ne pas prendre d’anti-inflammatoires, ils ralentissent la guérison: prendre une grosse dose de prudence pour vos mouvements, n’hésitez pas protéger votre corps de la douleur en évitant les mouvements douloureux, surtout pas en masquant la douleur et en maintenant ainsi une activité nuisible. La douleur est un signal, il faut en tenir compte pour modifier votre posture, vos mouvements, vers des amplitudes qui vous feront le moins mal possible. Cette douleur va accélérer le processus de guérison. Les semelles sont souvent surprescrites et nombreux sont les coureurs qui soit se blessent encore plus, soit n’en supportent pas l’inconfort. Vous voyez, nous ne sommes en cheville avec personne!

L’enthésopathie plantaire

Quand la plante se plante peut survenir l’enthésopathie (ou enthésiopathie) plantaire qui est un arrachement, souvent partiel, du fascia plantaire. Ce fascia est le ligament qui part du calcanéum (talon) et va vers vos orteils: la voûte plantaire est l’arc, le fascia la corde qui le tend : on y a ajouté une flèche… pour vous montrer où cela se passe. La douleur est souvent vive et soudaine. Des signes avant-coureurs (normal en course à pied) sont les douleurs « aux os de la cheville ». Pour se prémunir, n’hésitez pas à faire vos étirements en vous positionnant en porte-à-faux sur l’avant pied et en laissant votre talon descendre plus bas (bien en dehors de vos entraînements).

lieu enthésopathie plantaire

Un diagnostic médical est opportun, il vous évitera des éternelles radios souvent inutiles dans ce cas. Pas de choc, pas de chute, pas d’entorse et une douleur apparue lors d’un effort plus intense (en côte, par exemple) et située sur la face latérale du talon (voir l’image : le stylo pointe sur la zone), alors que des chocs sur votre talon (calcanéum) ne provoque pas de douleur. La déchirure a essentiellement lieu du côté de la voûte plantaire, côté le plus soumis aux tensions.

Zone de déchirure du fascia plantaire

Comment soigner une enthésopathie plantaire?

– Pas d’anti-inflammatoire, laissez les cytokines faire leur travail.

– Activez la circulation avec des poches de glace.

– Un repos sportif de 15 jours à 3 semaines mais une mobilisation pour que la cicatrisation puisse permettre un allongement léger du ligament. Jusqu’où aller? Comme déjà dit :la douleur est le signal (d’où l’importance de ne pas prendre d’anti-douleur).

– Dans les cas graves : un tape à changer chaque jour.

L’origine de l’enthésopathie plantaire

– nouveau sport pratiqué (ou ajout d’exercices avec sauts)

– long travail sur la pointe du pied (côtes, bonds, vélo, etc…)

– perte de souplesse (âge, surpoids, etc…)

Le positif? Lors de la guérison grâce un petit allongement du fascia, les douleurs articulaires vont peut-être disparaître!

Soyez prudents lors de la reprise, mais reprenez!!

Il y a douleur et douleur: si elle est insupportable, pas de masochisme déplacé!

Et comme toujours en matière de santé, la fièvre est utile, l’inflammation est utile et le patient est impatient! Il veut aller plus vite que la musique, réflexe particulièrement pertinent en matière de course à pied. Pourtant, on guérit de tout… Puisse la lecture de ces lignes vous encourager à la patience!

Les ligaments du pied

Si vous croyez qu’un pied c’est simple, voyez l’addition des différentes couches et vous comprendrez qu’il n’y a pas une seule cause possible et que la consultation d’un homme de l’art est généralement pertinente! Le podiatre ?

J.Air

https://www.lamedecinedusport.com/traumatologie/loda-ou-lesions-osteochondrales-du-talus-de-leur-physiologie-a-leur-traitement/

http://centre-osteo-articulaire.fr/index.php?page=anatomie-pied-cheville

https://www.passeportsante.net/fr/parties-corps/Fiche.aspx?doc=pied

https://amelioretasante.com/syndrome-du-canal-tarsien-de-quoi-sagit-il/

https://clemedicine.com/10-larticulation-sous-talienne/

https://clemedicine.com/9-pied-et-cheville/

Share