Les tiques

Nous avons tous vu les divers reportages à la télé sur les piqûres de tiques et les séquelles de la maladie de Lyme. Comment se prémunir ? Que faire en cas de souci ?

Il ne faut pas dramatiser, mais il faut être conscient des soucis possibles, d’où l’information qui vous est apportée dans les lignes qui suivent !

Ces bestioles ne sont très actives que d’avril à septembre et surtout dès que la température est supérieure à 12°. Elles se trouvent un peu partout dans la nature. Donc dans vos jardins, donc dans le bois et souvent près d’un point d’eau. Si l’hiver est clément, elles sont plus nombreuses. Si la moisson est bonne, elles seront plus nombreuses à porter les germes de la maladie de Lyme. En effet, c’est en piquant des souris, pour se nourrir de leur sang, que les tiques se mettent en contact avec la borréliose, bactérie qui est à l’origine de la maladie de Lyme et qui est portée par la souris. Normalement, les tiques ne sont pas porteuses de cette bactérie. Une piqûre de tique n’entraîne pas nécessairement la maladie de Lyme, loin s’en faut (1 sur 100!).

Prévention

Si vous joggez en forêt, en restant sur les chemins, loin des hautes herbes : il n’y a pas de souci ! C’est aussi pour ça que nous sommes plusieurs dans le club à « élaguer » les chemins pendant notre jogging. Quelques coups de bâton sur les ronces, orties et autres végétaux qui viennent envahir nos sentiers non entretenus sont salutaires pour tous les utilisateurs de ces chemins. Qui fera une étude pour savoir si la mode des fauchages tardifs a une influence sur la recrudescence des parasites ?

Les tiques ne tombent pas des arbres et restent dans la végétation basse, plus humide. Même si, à leur échelle, elles sont capables de sacrés bonds, elles ne sautent pas très haut. Une fois accrochées (à un vêtement, à la peau), elles « voyagent » sur votre corps pour trouver un endroit à piquer ! Ce délai est à mettre à profit.

L’idéal est de ne pas se faire piquer. Portez des vêtements blancs ou clairs : on voit beaucoup mieux les bestioles qui y circulent ! Il est conseillé de mettre un insectifuge à base de DEET (NN-diéthyl-3-méthylbenzamide) 30%-50% de manière à repousser l’insecte. Il faut asperger les parties exposées de la peau, jambes, bras, nuque, mais évitez tant votre visage que vos muqueuses et lavez vos mains après l’application. Le DEET est très efficace mais n’est pas un produit sympa : inspectez-vous et savonnez-vous dès que vous êtes à nouveau à l’intérieur (le DEET est insoluble dans l’eau, il faut dès lors du savon). Il est opportun de vaporiser du DEET sur les chaussettes , portées « hautes tiges » de préférence!

Cure si piqûre

Si un insecte assez plat de moins de 3 à 8 mm, avec un rostre (sorte de bec) et un abdomen un peu rouge se pose sur votre vêtement : sbrotchez-le car c’est une tique. Avec un objet, pas avec vos doigts (elle survivrait!). Si elle vous pique (seules les femelles piquent) elle devient plus visible, il faut la retirer (car elle s’implante dans la peau en laissant son abdomen dehors pour se gorger de sang) avec une pince spéciale de préférence, qui permet d’éviter d’écraser l’abdomen et d’ainsi la faire régurgiter ces fameuses bactéries dans votre organisme. Une force constante, sans saccade ni rotation.

Donc on ne tape pas dessus si elle est dedans ! Il faut la retirer entière ! Mais pour bien s’implanter, il lui faut quelques heures, donc la douche juste après le jogging en observant bien sa peau lorsque l’on s’essuie, élimine en grande partie les problèmes !

Si vous avez été piqué, notez le jour et l’heure, faites une photo de la zone de votre peau atteinte et vérifiez régulièrement cette zone. Il y a peu de chance pour que cela tourne mal, mais il faut être attentif !

Si vous voyez des rougeurs en forme de cible apparaître, là on ne rigole plus : on va chez le médecin, de préférence spécialisé dans la maladie de Lyme. Montrez cet érythème et expliquez-en l’origine. Les antibiotiques vont aider, mais le processus est souvent long ! Là aussi, l’adage « Mieux vaut prévenir que guérir » est d’application ! C’est aussi le but de cet article ! Quel club formidable !

Personnellement, toutes les personnes de mes connaissances qui sont atteintes de la maladie de Lyme , ont été piquées dans leur jardin. Rassurons-nous de manière illusoire peut-être en se disant qu’on va trop vite en joggant .

Soyons cependant raisonnables : il y a peu de chance d’avoir des soucis. Mais notre éthique (!) c’est de vous informer !!

J. Air

Share