La course à pied : le savoir-survivre face à la Covid-19

De récentes polémiques ou altercations ciblant des coureurs, qui cristallisent les peurs de ceux qui les regardent passer, nous font réagir. Ce n’est absolument pas mérité, d’où ce complément d’information que vous trouverez dans cet article.

La polémique naît du fait qu’un souffle de coureur est plus puissant qu’un souffle de confiné assis. D’où l’idée d’asseoir tout le monde! C’est tout l’inverse qu’il convient de faire 1 .

Nous lisons beaucoup de choses sur les aérosols, ces particules humides que nous rejetons tous en respirant et qui sont bien visibles par temps froid : c’est la buée qui sort de notre bouche. Ce sont ces aérosols qui contiennent essentiellement le virus que tout un chacun peut propager simplement en expirant… s’il est infecté. Qu’il soit coureur ou non : tout le monde respire. Les grosses gouttelettes (postillons, expectorations dues à la toux,etc) contiennent une charge virale importante mais les aérosols dus à la respiration en contiennent beaucoup moins. Est-ce qu’une course à l’extérieur peut propager le virus par aérosol? Le risque est très faible. C’est surtout à l’intérieur et avec une longue exposition que le risque est élevé3. Un joggeur qui passe, ce n’est pas rester 53 minutes sous un souffle d’air provenant d’une personne infectée.

Les hypothèses du moment, relatives à la Covid-19, sont que le virus altère sévèrement le parenchyme pulmonaire et qu’il exerce une action fortement pro-thrombotique sur le réseau veineux pulmonaire, ce qui entraîne ce redoutable déficit en oxygène nécessitant la mise sous respirateur (ou des engelures, des atteintes hépatiques, des AVC, etc).

Il est évident que ces théories peuvent évoluer, mais ce que l’on sait, c’est que la course à pied donne du tonus à vos vaisseaux sanguins et augmente la capacité du corps à capter l’oxygène. Cherchez sur internet ce qu’est la VO2max et vous comprendrez vite que courir est une pratique à encourager. Elle relève d’un civisme évident: préparer son corps à résister à l’agresseur viral et diminuer le nombre de personnes qui, en étant atteintes, encombreront nos hôpitaux 2.

En effet, la course à pied comme d’autres sports d’endurance, est un protecteur contre les complications qu’entraîne le SRAS-Cov2 et favorise l’immunité. Les vaisseaux sanguins sont plus souples, les globules rouges plus nombreux : il conviendrait de prescrire notre sport comme élément préventif. Il n’y a donc aucune raison de ne pas pratiquer la course à pied. Que du contraire: il faudrait encourager tout un chacun à s’y mettre vu que les progrès pulmonaires et circulatoires se font très rapidement, si l’on s’entraîne régulièrement! Ceux qui viennent de s’y essayer à défaut de pouvoir faire leur sport habituel vont vite s’en rendre compte.

Mais il en va de la course à pied comme du reste de la vie. Outre la jalousie contre laquelle nous ne pouvons rien faire, il nous est possible d’agir sur le savoir vivre ensemble. Que chacun écoute les besoins de l’autre. Écartons-nous des personnes remontées ou croisées. Et si ce n’est pas possible, prévenez de votre arrivée. Vous aurez rassuré votre contemporain croisé sur vos bonnes intentions! Courir masqué semble peu évident, mais chacun peut tester son masque de confort pour vérifier la pertinence ou non de son utilisation. Voire de simplement le remonter sur sa bouche le temps du croisement. Geste qui apaisera encore plus les craintes. Et par temps frais, nos tours de cou placés devant la bouche auront le même effet apaisant.

Et dès que la distance est agrandie de quelques mètres, que la dispersion dans la nature est assurée, il n’y a plus de danger de contaminer les autres si l’on est contaminant bien sûr… Souvent le coureur rencontré est en bonne santé et risque peu de contaminer le promeneur.

Il faut donc encourager les coureurs à pied et non les vilipender. Informez votre entourage de l’utilité du jogging, élément à prendre en compte dans notre plan d’urgence pour lutter contre la maladie et pour sortir de cette crise sanitaire sans trop d’ennui!

Le déconfinement va générer du stress et la course à pied permet d’évacuer celui-ci!

Comme tout le monde, le coureur peut contracter la maladie et se doit à la plus grande prudence, mais ça, nous en avons déjà parlé.

Soyez acteur d’une information correcte: n’hésitez pas à partager cet article auprès de vos connaissances, à l’aide des boutons de partage placés ci-dessous.

Bonne course à tous!

J. Air

1. https://blogs.letemps.ch/boris-gojanovic/2020/03/15/le-sport-bon-ou-mauvais-pour-limmunite/

2. https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/medecine-du-sport/covid-19-un-medecin-du-sport-reclame-un-plan-durgence-de-developpement-des-activites-physiques

3. https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/04/20/covid-19-contamination-en-chaine-dans-un-restaurant-chinois-climatise/

Share